mardi 10 novembre 2009

La pierre blanche des Plaines d'Abraham

11 novembre. À la 11e heure, deux minutes de silence seront tenues en mémoire des soldats tombés au combat entre autres dans les deux guerres mondiales. Cependant, aux yeux de certaines personnes, ce ne sont pas tous les soldats qui ont eu le respect qu'ils méritaient, de leur vivant ou après être tombés au combat.

C'est le cas du 8th Royal Rifles, un régiment de Québec. Du moins c'est ce que croyait son aumônier, Frederick George Scott. En effet, Scott, né à Montréal en 1861, ayant fait ses études à Bishop's et à King's College (Londres), est promis à une carrière ecclésiastique dans l'église anglicane du Québec. En 1914, à plus de 40 ans, alors qu'il est chanoine de la cathédrale Holy Trinity (Québec), il décide de s'engager dans le 8th Royal Rifles à titre d'aumônier et part à la guerre.

Pour son travail et par les circonstances créées par la guerre, Scott sera finalement aumônier de toute la Première Division canadienne sur le front européen à la fin de la guerre. Il revient à Québec et y passe l'entre-deux guerres où il écrit un livre de poésie et de souvenirs du front, The Great War As I Saw It, paru en 1922. Arrive donc 1939. Scott a 78 ans. Il cherche alors à reprendre son rôle d'aumônier pour le 8th Royal Rifles, mais sera écarté, notamment à cause de son âge.

Scott décide donc de suivre de près ce qui arrive à son régiment. Envoyé sur le front pacifique lors de la Deuxième Guerre mondiale, le 8th Royal Rifles fait partie de la garnison de Hong Kong qui se fait attaquer le 7 décembre 1941 (la même journée que la bataille de Pearl Harbor). Un siège très violent débute et se termine par une défaite cuisante des alliés le 25 décembre 1941. La plupart des soldats du 8th Royal Rifles seront tués ou capturés et passeront le reste de la guerre, soit environ 44 mois, dans des camps japonais.

Quel est le lien avec la pierre blanche sur les plaines? Cette pierre, située près du kiosque Edwin-Bélanger et du pavillon Baillairgé du Musée National des Beaux-Arts du Québec est une curiosité pour plusieurs visiteurs. En effet, une pierre, entièrement peinte en blanc, sur laquelle on trouve plusieurs symboles de gravés: une croix, l'inscription CREDO, l'année 1941 et les lettres FGS (sur l'image à droite, à l'endroit où la peinture n'est plus sur la roche). FGS sont les initiales du chanoine Scott, 1941 est l'année où le 8th Royal Rifles fut capturé, CREDO est une expression latine qui signifie "j'y crois".



Image: Commission des champs de bataille nationaux, 2007.

Tous ces symboles constituent l'hommage que Scott a tenté de rendre à ses anciens frères d'armes. Ceux tombés au combat, mais aussi et surtout ceux retenus captifs par les Japonais, dont on a aucune nouvelle. F.G. Scott ne vivra pas pour savoir que les captifs seront relâchés en 1945, lui-même mourant en 1944. La pierre blanche constitue le seul monument au Canada dédié à la prise de Hong Kong et surtout à la capture du 8th Royal Rifles. Ce monument érigé par Scott, qui habitait alors tout près des Plaines au début des années 1940, est entretenu par la Commission des Champs de bataille nationaux alors que cet organisme n'a appris que l'an dernier la signification exacte de la pierre.

2 commentaires:

  1. Je suis l'arriere petite fille de F.G.Scott et je me souviens , étant petite, avoir été repeindre la pierre et arracher les mauvaises herbes autour avec ma grand mere.

    RépondreEffacer
  2. Merci pour ce commentaire!

    C'est ce que nos recherches et un peu de déductions nous ont permis de découvrir. La Commission des champs de bataille entretenait la pierre depuis plusieurs années sans vraiment savoir ce que c'était...

    RépondreEffacer